Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
/ / /
Céréales, pâtes, farine

 

Je conserve les céréales, la farine et les petites pâtes dans des bouteilles de 5l. d’eau (vidées et séchées, bien sûr). Ce n’est pas trop lourd à manipuler, c’est pratique à stocker, on voit ce qu’il y a à l’intérieur… Pour les remplir, j’utilise un large entonnoir dont j’ai coupé un bout du pied, pour gagner de la largeur. Les aliments sont ainsi protégé de l’humidité et des bestioles.

Aux Canaries, j’avais trouvé des bouteilles carrées à large goulot, c’était vraiment l’idéal…

 

En cas de charançons dans les céréales, j’utilise la méthode préconisée par Michèle Meffre : j’étale les céréales en fine couche dans une bassine ou un grand récipient. Armés d’une cuillères, l’équipage part à la chasse aux bébêtes, qui sortent sans doute incommodées par la chaleur…

 

Il semblerait qu’une feuille de laurier protège des charançons… comme ça ne mange pas de pain, j’en ai mis, mais je ne peux pas garantir le résultat.

 

Les boîtes de conserves

 

Nous les conservons dans les fonds. Nous enlevons les étiquettes, précaution anti-cafards, mais également pour ne pas risquer de boucher la cale de pompe au cas où nous aurions de l’eau dans les cales. Nous inscrivons le contenu au marqueur sur le fond de chaque boîtes.

 

 

Les fruits

 

Nous conservons les agrumes dans des filets à l’arrière du bateau. Les pomelos semblent se garder ainsi indéfiniment. Les oranges fatiguent plus vite, surtout s’il fait très chaud.

Dans les mêmes filets, nous rangeons aussi les ananas choisis bien verts, les bananes, vertes également, et parfois les papayes.

 

A l’intérieur, dans des filets également, nous conservons les fruits à la peau plus fine, comme les pommes, les kiwis… s’il s’agit de fruits très délicats, je les place d’abord dans un panier pour les protéger des chocs.

On peut aussi conserver certain fruits enveloppés dans du papier de journal, et stockés dans les fonds.

 

 

Les légumes

 

Pommes de terre, courges, ails et oignons sont stocké sur une étagère en bois sous la couchette des enfants.

Les tomates sont emballées une par une dans du papier journal, et placée dans une cagette qui les empêche de rouler. Si elles sont choisies très vertes, elle se gardent facilement plus de 15 jours.

J’emballe les choux dans un tissu humide, et je les place dans les fonds.

Le meilleur truc que j’aie trouver pour conserver les carottes, c’est de les emballer encore humide dans un tissu, puis de les mettre dans un sac plastique.

Les concombres, les petites courgettes, les aubergines se conservent une petite semaine sur notre étagère… Les grosses courgettes à la peau dure se conservent aussi longtemps que les courges… des mois ? des années ?

 

J’essaie de laver tous les fruits et légumes, dans de l’eau douce avec un peu d’eau de javel, avant de les ranger à bord. Cette étape un peu contraignante permet de limiter efficacement l’arrivée de cafards, mais aussi de fourmis. Je noie les mains de bananes dans l’eau de mer, et vous seriez sans doute surpris par le nombre de perce-oreilles qui peuvent s’y installer !

 

 

 

L’eau

 

Nous utilisons du Micropur® pour purifier l’eau des réservoirs, et l’eau à boire si nécessaire. En plus de nos deux réservoirs de 150 litres, nous avons plusieurs bouteilles de 5 litres (environ 100 l.) que nous remplissons d’eau que nous savons potable. Elles sont bien pratiques aussi quand nous ne pouvons pas faire de l’eau avec notre tuyau, ce qui est quand même assez régulier.

 

Il est aussi possible de purifier l’eau en l’entreposant durant 6 heures au soleil, dans des bouteilles de 1.5 litre en PET.

 

Nous avons (pour l’instant) toujours trouvé de quoi faire le plein, et généralement, de l’eau pas trop mal. Si un déssalinisateur pourrait être utile d’un point de vue confort (douches et vaisselles à l’eau douce, pas de questions quant à savoir si l’eau et potable ou non, pas d’ajout d’agent conservateur et/ou purificateur), nous n’en aurions jusqu’à maintenant pas eu franchement l’utilité, sauf peut-être aux Louisiades.

 

 

Les cafards

 
Oui, oui, je sais, ça ne se mange pas… mais leur présence est tout de même fortement liée à la présence d’aliments à bord. Quelques trucs :

Enlever les étiquettes des boîtes de conserves

Laver les fruits et légumes

Eviter de monter des cartons à bord

Sprayer des boîtes à œufs, et ne réutiliser que celles-là.

Toujours avoir de l’anti-cafard, spay et pièges à bord, pour s’attaquer au problème dès qu’il se présente.

Si vous avez la chance de trouver un produit appelé Combat, faites-en provision. Il s’agit d’une combinaison de pièges et d’un liquide en seringue qu’il faut étaler dans les endroits délicats.

Quand nous avons pris le bateau à Trinidad, l’ancien propriétaire avait laissé de la nourriture dans les coffres. Tous les cafards de l’îles s’étaient donc donnés rendez-vous à bord pour faire bombance. Nous en voyions courir jour et nuit, il nous arrivait souvent de les écraser entre nos assiettes à table, et j’ai passé de nombreuses heures sans pouvoir dormir, les imaginant grimper sur mes enfants ou ramper sur mon visage dès que j’avais les yeux fermé. Abominable. Et puis, une bonne âme m’a donné un kit de ce produit Combat. J’avais déjà sprayé Shipibo de fonds en comble, posés de nombreux pièges sans résultat visible. Je pensais déjà devoir appelé une entreprise spécialisée pour me débarrasser de ces bestioles. C’est donc sans trop d’espoir que j’ai disposé les pièges et étalé la gelée exterminatrice. 3 jours plus tard, nous ramassions des cadavres à la pelle. Nous avons sorti le champagne : l’invasion était terminée. Et nous n’avons plus jamais eu de cafard depuis.

Il paraît que ce produit miracle se trouve aux USA et à St-Vincent dans les Caraïbes. Si j’étais vous, je n’hésiterais pas à y faire escale, juste pour acheter ce précieux anti-cafard. Et en mémoire de nos amis du Kerdonis, achetez-en au moins deux kit : un pour vous, et un pour dépanner le prochain voilier infesté que vous rencontrerez !

 

 

 

Avitaillement de base

 

Soyons clairs : vous ne changerez pas fondamentalement votre alimentation. Si vous ne mangez jamais de crèmes pour le dessert, elles ne vous manqueront pas. De même, si vous n’utilisez jamais de curry dans votre cuisine, vous n’allez pas commencer en pleine traversée ! Inutile de prévoir des graines si vous ne les aimez pas, ni de mayonnaise si vous êtes résolument branché diététique. Si vous êtes totalement accros à un produit, pensez à en emporter une grande quantité.

 

Voici la liste des produits de base régulièrement renouvelés sur Shipibo. A savoir, pour un équipage de deux adultes grands mangeurs, et de deux enfants de 3 et 6 ans, bons mangeurs également, et surtout tous grands gourmands. L’alimentation, et surtout les plaisirs de la table ont toujours tenu une place importante sur Shipibo. Il doit être tout à fait possible de faire un tour du monde en ne mangeant que du riz, des légumes locaux et du poisson pêché soit-même. Cette liste devient alors complètement caduque !

 

Céréales

Farine : compter 1 kg par semaine pour faire du pain (sur shipibo, je faisais 1 kg de pain tous les 3-4 jours, si nous en mangions à midi aussi) plus 250 g. pour le reste des préparations. (en faisant un cake par mois, il faut donc compter 6 kg de farine par mois…)

Riz : deux repas par semaine à 250g. donc 1kg par mois

Pâtes : deux repas par semaine à 500 g., 4kg par mois…

Pâtes chinoises natures : à inclure dans les 4kg mensuels..

Pâtes chinoises minutes : j’en avais toujours une quinzaine de paquets dans les coffres. Il faut compter un paquet et demi par personne pour un repas complet…

Pâtes pour soupe : 2 paquets

Polenta : selon les habitudes… j’avais une réserve de 5 kg à bord, que je complétais quand c’était possible

Semoule de blé : Remplace la polenta

Purée : je n’utilise que très rarement la purée en sachet. J’en avais toujours 1 ou 2 boîtes en réserve.

Flocons d’avoine : très utilisés sur Shipibo. 2 kg par mois. Pour allonger les céréales du commerce, pour faire des croquettes, pour le très suisse « bircher ».

Blé : les céréales ci-dessous s’utilisent pour varier des pâtes et du riz. Disons 1 repas par semaine, soit 1kg par mois.

Quinoa

Couscous

Autres céréales

Crêpes : changent agréablement du pain. Je n’en ai trouvé que dans les pays français.

Tortilla : LA bénédiction. J’en ai toujours de nombreux paquets en réserve : dépannage assuré à tous les repas. Je compte un paquet par semaine, mais c’est parce que j’adore ça !

 

Graines et fèves

Graines à germer (haricots mungo, cresson, moutarde, radis...): petit plus sympa quand le légume se fait rare. Quelques paquets suffisent. Pour le plaisir de faire pousser sa propre verdure !
Lentilles : remplace la viande. Se trouvent facilement partout dans le monde. En avoir 1kg en réserve suffit largement.

Haricots, fèves : Les haricots et les fèves demande de s’y prendre à l’avance pour les faire tremper, ou alors une longue cuisson. Pour ces deux raisons, j’ai toujours utilisé des boîtes, qui sont plus chères, mais plus pratiques…

 

Petit déjeuner et produits laitier

Confiture 1 pot tous les 15 jours

Miel 1 pot par mois

Nutella 1 pot par jour, si on se laisse aller !

Café

Café soluble

Thé

Tisanes

Biscottes : Nous n’en sommes pas friands. J’en ai quelques paquets pour dépanner…

Céréales : Au moins deux paquets par mois… à compléter avec des flocons d’avoine natures, pour faire durer plus longtemps !

 

Lait : 12 litres par mois ou selon les habitudes. Si nous mangeons des céréales, il faut compter au min. 5dl par jour. Le lait uht se conserve en principe deux jours hors du frigo, même sous les tropiques. Mais en Asie, où il faisait très chaud et humide, il tournait dans la journée.. Du coup, nous avons fini par adopter le lait en poudre.

Lait condensé : sucré et en tube, pour ajouter au café soluble pour une boisson baptisé « café atomique ». Pour la cuisine, je préfère le lait en poudre

Lait en poudre : Pas besoin de faire le mélange avant : ajouter aux ingrédients solide, et ajouter l’équivalent en eau. 500 g. par mois

Beurre/margarine : la margarine se conserve mieux que le beurre, même sans frigo. Selon les habitudes du bord… disons 200g par semaine. En Malaisie, nous avons trouvé du beurre fondu ou Ghee. Pratique pour la cuisine, entre le beurre et la margarine. Un peu mou pour les tartines, mais peut-être durcit-il au frais ?

Crème : la crème uht se conserve longtemps. Elle n’est pas indispensable, mais permet de petites fantaisies. 2 berlingots par mois.

Ferments pour yaourts : pour les courageux qui veulent faire leur propre yaourt. A partir de la Polynésie (peut-être avant, mais alors ça m’a échappé) on trouve des sachet de yaourt en poudre. Il suffit d’ajouter de l’eau et de suivre le mode d’emploi. Il faut que le mouillage soit extrêmement calme pour réussir les yaourts. Je ne suis vraiment pas douée pour ça, et nous finissons souvent par avoir des yaourts à boire !

Fromage à tartiner (kiri, vache qui rit, philadelphia) : ils se gardent plusieurs semaines sans frigo. Prendre garde au Philadelphia qui est tout de même plus fragile.

Fromage en tranches : increvables, ils se tiennent longtemps même sans frigo. Idéal pour un petit creux, ou pour remplacer la mozarella sur les pizzas…

Fromage : Les fromages durs et les fromages fondus se conservent très bien. Il suffit de les éponger avant l’utilisation. Le Chesdale se trouve en paquet dès Panama. Il se conserve longtemps, même sans frigo. Le parmesan Kraft, en boîte, est un bon produit, qui se conserve longtemps même hors réfrigérateur. Le parmesan en bloc se conserve aussi quelques jours/semaines, mais il faut le surveiller. Quelle déception nous avons eu d’ouvrir ce paquet conservé si précieusement et qui avait finalement un goût de vieille chaussette ! Le plateau de fromage en fin de repas reste toutefois un rêve bien inaccessible, surtout sans frigo et avec un petit budget !

 

Epicerie

 Sucre : Nous sucrons très peu à bord de Shipibo. Disons donc 1 kg par mois, en cas de pâtisseries intempestives ! Le sucre se trouve facilement partout dans le monde. Si on commence à faire son propre alcool et ses confitures, il faut tout de suite compter beaucoup plus !

Sucre glace

Lait de coco en boîte

Lait de coco en poudre

Diverses noix en poudre (amandes, noisettes, coco) : pour la pâtisserie. Deviennent hors de prix dès que l’on quitte la France, même en Nouvelle-Zélande !

Chocolat : pour la pâtisserie et pour les extras… tant qu’il y en a, on en mange, n’est-ce pas !

Levure sèche : il faut compter 14 g pour 1 kg de pain.

Poudre à lever

Bicarbonate ou Baking soda : remplace la levure ou la poudre à lever dans les préparations rapides.

Sel : quand s’est possible, j’utilise de l’eau de mer pour cuisiner. Il devient alors inutile de rajouter du sel.

Poivre moulu

Poivre en grain

Huile d’olive : j’ai une bonne huile pour parfumer, et une moins chère pour cuisiner. Je compte 5dl d’huile par semaine.

Huile d’arachide : pour quand on en a marre de l’huile d’olive ! Utile aussi pour toutes les fritures neutres.

Epices : herbes, 5 épices, coriandre, cannelle, cumin, curry, curcuma, muscade, laurier, gingembre, paprika, girofle, piment, cayenne, vanille et celles dont vous avez l’habitude !

Sauces : soja, ail, ketchup, piquante, aigre-douce…

Mayonnaise : il ne faut pas lésiner sur la mayonnaise ! je compte deux pots par mois.

Moutarde 1 pot par mois

Wasabi

Vinaigre

Bouillon de légume

Bouillon de viande

Soupes : en sachet individuel, ou en grands sachets pour les jours de flemme. Deviennent nettement moins indispensable sous les tropiques !

Gomasio : sel au sésame, que j’aime bien pour assaisonner différemment les salades et les légumes…

Tapenades : pour varier les sandwichs et les apéros

Tomates séchées

Cornichons

Noix

Graines (sésame, tournesol, courge…)

 

Boites

 Concentré de tomate en boîte

Concentré de tomate en tube, parce que des fois on a besoin juste d’une petite pointe de rouge…

Tomates pelées : 4 boîtes par mois. Deviennent relativement cher entre la NZ et la Thaïlande.

Champignons : 2 btes par mois. A compléter avec des champignons séchés. Très bon marché en Asie.

Mais : comme pour les asperges, varie agréablement les pique-niques

Asperges

Artichauts pour les pizza !

Poivrons pour les pizza aussi

Petits pois

Haricots verts

Légumes : les boîtes de légumes servent en traversée ou en dépannage. Les français restent les champions incontestés de la variété et de la qualité. Ailleurs, vous trouverez des petits pois sucrés ou à la menthe, des haricots verts, de la racine rouge, et c’est un peu près tout !

Haricots rouges : pour remplir les tortillas, pour les chili con carne sans carne, pour les salades.

Pois chiches : pour les couscous, les falafels et l’houmous de l’apéro.

Corned beef : le seul que nous aimons, c’est le corned beef Pacifique, vendu en Polynésie. Attention, hein, c’est pas le même en NZ, pourtant vendu sous la même appellation !

Saucisses : le petit plus pour les hot-dogs, les salades de patates, les soupes, les lentilles, l’apéro..

“singe” : on aime mieux que le corned beef. Essayez de le griller, pour voir ! En Malaisie, nous avons trouvé un produit chinois dans des boîtes jaunes tout à fait convenable.

Thon : l’indispensable boîte. Salade, sandwichs, sauces, soufflés, pâtés…

Anchois : sur les pizza, à l’apéro.

Sardines : pour changer un peu du thon

Pâtés : spécialité française. Pour varier les pique-niques ! Le pâté de foie Tulip tient la dragée haute au Parfait suisse.

Plats uniques (raviolis, choucroute, cassoulet, gratin dauphinois…) : réservés aux jours de grand vent.

 

Pêches

Ananas

Poires

Purée de pommes

Fruits

Crèmes (vanille, caramel, chocolat…) : En traversée surtout, on apprécie un petit dessert.

 

Les petits plus qui font la vie belle :

Biscuits

Barres de céréales

Chocolat

Barres de chocolat

Fruits secs

 

Biscuits apéritifs

Crackers

Chips

Olives

Tomates séchées

Fruits secs salés (pistaches, cacahuètes, noix de cajou, amandes…)

 

Boissons

Eau
Bieres

Alcools forts (Rhum, vodka, gin…)

Vin

Sirops

Jus de tomates (super pratique pour les gaspachio express)

Jus de fruits

 

En dehors de la cuisine :

 

Toilettes

En plus de vos affaires habituelles pensez à embarquer

 

Lingettes pour bébé : pour une toilette expéditive les jours de grands vents, pour les doigts collants en pique-nique…

Talc : pour se sécher les pieds lors des quarts avant de s’enfiler sous la couette. Si comme moi vous détestez les fonds de lits humides, vous allez vite adopter ce truc.

 

Ménage :

 

En plus de vos produits, pensez à embarquer

 

Détachant (les savons au fiel de bœuf, en plus d’être écologiques, sont de super détachant pour toutes les taches d’origines organiques)

Sacs congélations (qui se zippent)

Élastiques

Assiettes et gobelets en carton

 

J'ai fait une liste d'avitaillement non commentée, que j'utilise pour mes courses, en notant au crayon la quantité souhaitée. Ensuite, il suffit d’effacer pour pouvoir recommencer la fois suivante !


 

Partager cette page
Repost0

Texte Libre

Shipibo n'est plus à vendre

Nous souhaitons bon voyage à ses nouveaux propriétaires, Loïc et Axèle. Qu'à travers eux, Shipibo continue à vérifier chaque jour que la terre est bien ronde. Et qu'il nous fasse encore un peu rêver...

Recherche

Premier contact

Nous ne sommes pas très différents de vous : une famille de quatre, Stéphane le papa (36 ans), Sophie la maman (34 ans), Nino, le fils ainé (6 ans) et Zélie la cadette (3 ans). Nous n'avons jamais mangé de la vache enragée, nous n'avons pas économisé la moindre pièce durant des années, nous n'avons pas de métiers rapportant particulièrement d'argent (décorateur d'intérieur et bibliothécaire), pas d'héritage autre que celui du goût du rêve.
Et pourtant, nous sommes partis pour un peu moins de trois ans sur notre voilier pour ce qu'on appelle une circumnavigation, un tour du monde à la voile.

J'écris ce premier article de Malaisie, où nous allons passer deux mois, parce qu'il est déjà temps pour nous de penser au retour, et que j'imagine, peut-être à tort, qu'un blog est un bon moyen de présenter notre voilier et que ceci nous aidera à le vendre dès notre arrivée en France. Et aussi parce que nous avons envie de partager avec vous quelques beaux moments.


Ce blog se compose de deux parties distinctes :

Une partie technique Le voilier , qui présente notre bateau sous ses différents aspects. Vous y trouverez un inventaire du matériel à bord, un plan et une description de Shipibo.

Une deuxième partie dédiée au voyage. Vous trouverez de courts textes de présentation de nos différentes étapes sous la rubrique Les escales qui se veut pratique et une Lettre aux amis parlant un peu plus de nos impressions de voyage. 


L' Album photo contient des images de notre périple (Voyage) , mais aussi des photos qui vous permettront de vous faire une idée de Shipibo (Le bateau) et des travaux de rénovation et d'entretien que nous avons réalisés (Rénovation et entretien).

En cliquant sur mes différents Liens, vous voyagerez avec d'autres navigateurs, ou vous obtiendrez des informations pratiques ou techniques.

La Bibliographie rescence les documents que nous avons utilisé durant notre voyage.
La rubrique Lectures contient nos coups de coeur et nos découvertes au fil des trocs et des échanges.

Dans la  Rubrique à brac nous partageons avec vous quelques réflexions, conseils ou astuces.

J'espère que ces différentes rubriques sauront vous intéresser et vous donner l'envie de partir à votre tour.

Contactez-nous

Vous préparez un voyage en voilier et vous avez une question ? Notre aventure vous intéresse et vous désirez en savoir plus ? Contactez-nous nous vous répondrons dans la mesure de nos possibilités.

Catégories